Chanson du pêcheur

G. Fauré

Ma belle amie est morte.

Je pleurerai toujours ;

Sous la tombe elle emporte

Mon âme et mes amours.

Dans le ciel, sans m’attendre,

Elle s’en retourna ;

L’ange qui l’emmena

Ne voulut pas me prendre.

Que mon sort est amer !

Ah ! sans amour, s’en aller sur la mer !

Air des Bijoux

C. Gounod

Oh Dieu! que de bijoux! Est-ce un rêve charmant qui m'éblouit? Ou si je veille? Mes yeux n'ont jamais vu de richesses pareilles ! Si j'osais, seulement, me parer un moment, de ces pendants d'oreilles? Ah! Voici justement, au fond de la cassette, un miroir ! Comment n'être pas coquette? 

Ah! je ris de me voir si belle en ce miroir ! Est-ce toi, Marguerite ? Réponds vite! Ah, s'il était ici... S'il me voyait ainsi... Comme une demoiselle, il me trouverait belle ! 

Deh, piestoso, oh Addolorata

G. Verdi

Oh, aie pitié, ô femme de douleurs,
Abaisse tes yeux vers ma douleur ;
Toi, une épée fichée dans le cœur,
Tourne tes yeux, ô désolée,
Vers ton fils qui se meurt.